article

Les Belles histoires des Points Passerelle

Valérie, 52 ans célibataire avec un enfant

« Des soucis de santé associés à des arrêts de travail puis un passage en invalidité partielle ont déstabilisé mon budget. Résultat, un compte chèque dans le rouge, des factures impayées, une saisie sur salaire, un prêt en retard et le sentiment de couler à petit feu alors que je travaille dur…

C’est alors que ma conseillère financière m’a recommandé l’Espace Solidarité Passerelle afin de mieux cerner les problématiques de mon budget et d’essayer de trouver des solutions financières voir sociales.

Au final, je ne peux que lui être que reconnaissante car j’ai trouvé via l’ESP de l’écoute, de l’humain ainsi que des solutions à mes soucis. »

David, conseiller solidaire à Roanne

Dès ma première rencontre avec cette requérante j’ai perçu une réelle motivation pour se reconstruire et aller de l’avant. Après étude de sa situation financière, il m’est apparu important de pauser son prêt habitat pour 6 mois afin d’apurer ses factures impayées. En parallèle une aide solidaire de 450€ a été attribuée à Valérie afin de solder son découvert et mettre en place le dispositif « clientèle fragile ». De plus, un échange avec l’assistante sociale de son employeur a permis de constituer un dossier d’aide financière qui au final a débouché sur une dotation de 600€ pour solder ses factures d’eau en retard !

La complémentarité des aides permet d’être encore plus efficace dans la solution.

Irène, bénévole au point passerelle de Roanne

Ma mission sur cet accompagnement était d’épauler Valérie sur la maîtrise de son budget. La pause du prêt devait servir à apurer les factures impayées ce qui a été fait en 6 mois. On a même pû également solder 2 prêts dont le capital restant dû était de 354€ et qui représentaient 37 € et 51 € de mensualité/mois. Au niveau charges fixes, j’ai aidé Valérie à modifier 2 de ces contrats (la box internet + l’assurance voiture) et ainsi économiser 60€/mois. Tout ceci a donc permis d’augmenter son reste à vivre de près de 150€/mois.

A titre personnel, c’était mon premier accompagnement et il m’a permis de me rendre compte que ma mission avait du sens et que l’aspect humain était primordial pour la réussir.



Les cafés du 1er jeudi

Chaque premier jeudi du mois dans nos 3 Points Passerelles est organisé le café du Jeudi. Nous invitons l’ensemble des accompagnants qui le souhaitent à venir passer une matinée conviviale. Le but de ces groupes de travail est d’échanger sur les dossiers en cours, les problématiques rencontrées et de proposer des informations utiles à notre activité (chèque énergie, CMU, ACS, présentation des produits et services simples dont le dispositif clients fragiles, etc…). En parallèle, nous essayons d’organiser des visites dans des structures externes complémentaires à notre association. Nous pouvons citer par exemple :

  • des rencontres avec la Banque de France (Roanne, Le Puy et St Etienne) sur le thème du surendettement
  • une visite à l’épicerie solidaire du Puy
  • la découverte de la ressourcerie Accora à Roanne
  • une formation réalisée par l’ADN sur le Nouveau Poste Clients et les applications « Ma Banque » « Ma Carte » à St Etienne

Ces cafés permettent un vrai échange, dynamisent l’animation de nos points passerelles, motivent nos bénévoles et sont bénéfiques par rapport aux solutions que l’on propose à nos requérants dans la durée.

Ces points de rencontre permettent aussi de développer un véritable esprit d’appartenance à notre association en renforçant les liens entre les participants.



Retour à l’emploi grâce au microcrédit

Ce requérant est heureux de nous faire parvenir la photo du véhicule qu’il a pu acheter grâce au microcrédit de 2000 € réalisé par l’intermédiaire de l’ESP. Cela lui a permis de décrocher un CDD de 3 mois dans un restaurant du Puy en Velay. Cela est très prometteur pour lui !

Cela démontre encore une fois que la mobilité reste un besoin pour accéder à l’emploi sur nos deux départements et qu’il est important de faire connaitre le dispositif des microcrédits qui s’adresse à des personnes exclues du système bancaire et qui ont un projet de vie.



Les Belles histoires des Points Passerelle

Bernard, 65 ans, célibataire

« Suite à la fermeture de l’entreprise où je travaillais, j’ai été obligé de prendre ma retraite à l’âge de 63 ans en sachant qu’il me manquait des trimestres cotisés pour valider ma retraite à taux plein. Au départ j’ai puisé dans mes économies pour régler mes charges courantes. Très vite mon épargne s’est asséchée et les dettes ont commencé à s’accumuler et les frais à arriver. Devant cette situation, le conseiller bancaire m’a dirigé  vers l’Espace Solidarité Passerelle.

Je ne savais pas où on m’orientait mais j’ai trouvé des personnes à mon écoute et surtout qui ne m’ont pas jugé »

Bernadette,  conseillère solidaire au Puy en Velay

Après étude du dossier, en prenant en compte, les nouvelles ressources, les charges courantes, les impayés, les dettes et les engagements, le reste à vivre du requérant était de 192 € par mois. Nous avons donc proposé un prêt de consolidation, la mise en place du dispositif « clientèle fragile »  et demandé une  aide solidaire pour régler une facture d’EDF afin éviter la coupure d’électricité.

Toutes ses solutions combinées ont permis de faire évoluer le reste à vivre de 223€ et d’atteindre ainsi 415€ par mois. »

Pierrette, bénévole au Point Passerelle du puy en Velay

« Avec Bernard nous avons accompli ensemble différentes démarches administratives : médiation avec les impôts, aide à la complémentaire santé pour diminuer la cotisation de moitié, résiliation de l’abonnement à canal +… et  nous avons pu lui faire bénéficier d’un panier course pour 1 mois avec notre partenaire le secours catholique. Cette aide dans les démarches lui a été précieuse. La confiance et l’envie de remonter la pente sont à souligner d’autant que les revenus restent limités. Bernard apprécie ces moments d’écoute importants pour lui.Au-delà de l’accompagnement, l’aspect humain reste un point important, il sait être reconnaissant et remercier pour la démarche.

Bernard a repris confiance et les entretiens que nous avons formalisés régulièrement lui ont permis de retrouver une certaine autonomie. »



Journée des accompagnants bénévoles

A l’initiative des accompagnants et encouragés par notre Président, les bénévoles ont organisé un moment de convivialité où étaient invités les conjoints et les salariés de l’association.

Pour certains, découverte de Musée Crozatier et pour d’autres une marche sur le parcours de Saint-Jacques, ensuite pour tous une visite de la Cathédrale, un repas auvergnat et une fin de soirée sous le « Puy de lumières ».

Ce fut l’occasion de renforcer les liens entre nous, de remercier les accompagnants pour leur engagement et de permettre à leur conjoint de mieux comprendre leurs rôles au sein de l’association.

Pour la première, ce sont les bénévoles du Puy qui ont pris en main l’organisation et de l’avis de tous ce fut une vraie réussite.

Ils ont tous pris rendez-vous pour la prochaine édition.



Ateliers budgétaire, ça marche !

120 bénéficiaires sur le premier semestre 2019 !

Témoignages de deux associations :

Marine Quittanson – Conseillère en insertion professionnelle – chantier d’insertion Meygalit et AVI43

« Le retour de la part des salariés en parcours est très positif, ses derniers sont très satisfaits d’avoir pu parler de la gestion d’un budget sans avoir à aborder leurs situations personnelles.

Ils ont pu à travers le jeu de société aborder différents thèmes comme les assurances, l’alimentation, l’énergie…  sans avoir à parler de leurs propres factures où difficultés.

Les éléments ont été amenés de manière très professionnelle, sans aucun jugement et en faisant preuve de patience et d’écoute.

Nous envisageons de refaire l’expérience de manière annuelle sur chacune des structures.

En tant que professionnel de l’insertion, nous pensons qu’il est important de permettre à des personnes en pleine reconstruction socio-professionnelle de bénéficier d’atelier tel que celui-ci.

A la suite de ses expériences, il faut souligner que trois des personnes accompagnées sur les chantiers d’insertion ont demandées des micro-crédits qui ont été acceptés. »

Laurent Fouvet – Référent Vie Collective à l’école de la deuxième chance Loire

« Vos interventions ont toutes leur place dans l’accompagnement global autour de la « colonne vertébrale » que constitue le projet personnel et professionnel.  Vos interventions toujours bien accueillies  par les  stagiaires de l’E2C Loire leur  permettent de développer une réflexion sur leur rapport à l’argent, de les interroger sur les priorités à donner concernant leurs dépenses du quotidien et de recevoir des conseils simples et pratiques sur la gestion de leur budget. Vos interventions participent également à répondre en partie à l’un des objectifs du parcours E2C : faciliter son insertion sociale et citoyenne : connaître ses droits (santé, logement, argent) et ses devoirs (découverte des institutions, des activités citoyennes …). »



Don de véhicules

A l’occasion du renouvellement de deux véhicules de service, le Crédit Agricole Loire Haute-Loire a fait le choix de ne pas faire reprendre les véhicules par le concessionnaire mais de faire un don au garage solidaire « Auto Liberté pour tous » de Chadrac.

Le 15 mai dernier, M Thierry Bernard, Directeur Général Adjoint du CALHL a donc remis les clés de  2 Clios Diesel de 2011 au Président du garage solidaire M François Malochet. Ces véhicules vont rejoindre leur parc de location et permettront, par exemple, à des demandeurs d’emploi de pouvoir temporairement bénéficier d’un moyen de transport pour reprendre une activité professionnelle (tarif de la location 3€/jour).

Au-delà du don du Crédit Agricole Loire Haute-Loire, c’est surtout la démarche qu’il faut encourager tant auprès des entreprises que des particuliers. Ces dons de voitures, deux roues ou de vélos, donnent droit à une réduction d’impôts. Les véhicules donnés sont réparés, puis loués ou vendus à des personnes en situation précaire.

L’espace Solidarité Passerelle entretient une étroite collaboration avec l’association Auto Liberté pour tous  afin de faire bénéficier à nos requérants de véhicules à bas prix (moins de 3000€), révisés et garantis trois mois. Et inversement, le Garage Solidaire nous adresse ses bénéficiaires à la recherche d’un financement pour acquérir un véhicule.

Cette opération avait déjà été réalisée en 2015.



Les Belles histoires des Points Passerelle

Florence, 41 ans, célibataire, 1 fils de 15 ans qui vit chez son papa

« Après ma séparation, j’ai coupé les ponts avec l’ensemble de ma famille. J’ai connu la rue pendant un certain temps, et suite à un séjour à l’hôpital j’ai été relogée dans une HLM. A ce moment-là, je vivais du RSA, je ne gérais rien et je ne payais plus mes loyers et mes factures. Une procédure d’expulsion a été déclenchée par le bailleur, ce fut le déclic et l’occasion de renouer avec mes parents. Ils ont pu stopper la procédure d’expulsion, m’ont permis de trouver un emploi et ils m’ont accompagnée à l’Espace Solidarité Passerelle sur la recommandation de l’assistante sociale de l’OPAC du Puy.

Aujourd’hui, je suis accompagnée par une bénévole de l’ESP, très fière d’être sortie de ma descente aux enfers et d’avoir pu reprendre contact avec mon fils »

Colette, conseillère solidaire à Saint-Etienne

« Lorsque la requérante s’est présentée accompagnée de sa mère, elle venait de retrouver un CDI dans une entreprise proche de son domicile. L’augmentation des revenus et une bonne collaboration avec  l’OPAC et Action logement nous ont permis de consolider l’ensemble des dettes de 6 500 € en préservant un reste à vivre de 800 €. Cette personne était volontaire mais elle avait besoin d’un accompagnement budgétaire et moral après plusieurs années d’errance.

Aujourd’hui, la joie de vivre de Stéphanie fait plaisir à voir, on se sent vraiment utile dans ces moments-là. »

Marie-Françoise, bénévole au Point Passerelle de Saint-Etienne

« Florence m’a confiée qu’elle était très reconnaissante de l’aide apportée par ses parents, mais qu’elle pensait acquérir une meilleure autonomie accompagnée par une personne extérieure à son entourage proche.

Par ailleurs, j’ai constaté qu’au fil de nos rencontres elle se confie plus facilement qu’elle partage avec moi ses projets.  Je me suis également aperçue que lui indiquer comment gérer son budget était important mais lui montrer que c’était une super maman qui allait s’en sortir était tout aussi important.

Je sens chez cette personne une féroce envie de s’en sortir, c’est une belle rencontre !»



Colloque sur l’inclusion sociale et budgétaire

A l’invitation de l’UDAF43, nous avons participé à ce colloque le 30 novembre dernier au Puy en Velay regroupant l’ensemble des acteurs du territoire oeuvrant sur ce thème.

Ce fut l’occasion pour nous de nous confronter aux conclusions des intervenants sur les causes des difficultés financières des ménages et des populations concernées.

Leurs constats est en tout point identique aux notres, notamment sur le manque de connaissances et de compétences budgétaires/financières/juridiques, des dépenses contraintes en hausse,  des accidents de la vie…

Nos réponses :  un accompagnement des accidents de la vie pour retrouver une autonomie budgétaire et le développement des ateliers budgétaires pour renforcer l’inclusion bancaire.



Banque Alimentaire

Cette année encore, notre association s’est mobilisée le 30 novembre pour la Grande Collecte des Banques Alimentaires de la Loire et de la Haute-Loire.

Malgré les difficultés liées aux mouvements sociaux l’opération s’est bien déroulée.

Pour la Loire, bien que dans l’impossibilité de collecter dans 2 gros hypermarchés du département, la collecte a permis de récupérer 160 tonnes de produits (320 000 équivalents repas), soit seulement une perte de 9 tonnes sur l’année passée. Cette perte sera compensée par une collecte de printemps dans les 2 magasins concernés.

Pour la Haute Loire, 41 tonnes de produits récoltées comme l’année dernière.