Actualités et témoignages

Les Belles histoires des Points Passerelle

Jean-Marie, 60 ans, divorcé, percevant l’allocation d’adulte handicapé

« J’habitais dans une maison insalubre, pas de chauffage, pas de salle de bain… Mon dossier a été pris en charge par Soliha pour que je puisse accéder aux aides pouvant me permettre de réhabiliter mon logement. Malgré cela j’avais un reste à charge de 9000 € impossible à financer par l’intermédiaire de ma banque du fait de mes faibles revenus.  Le secours Catholique a présenté mon dossier à ESP pour un prêt habitat. »

Aujourd’hui, je ne vis pas dans un château, mais j’ai toutes les commodités et du chauffage.

 

Catherine, conseillère solidaire au Puy en Velay

Lorsque nous avons reçu ce requérant les travaux étaient déjà engagés, et les artisans menaçaient de ne pas finir certaines tâches faute de règlement. Nous avons réalisé un prêt travaux de 9000 € pour financer le reste à charge. Les créanciers ont donc pu être payé et les travaux achevés.

Avec une échéance de 154 € par mois, nous avons été vigilants pour que ce requérant garde un reste à vivre suffisant pour régler ses charges courantes et conserver son unique loisir : la chasse.

 

Raymond, bénévole au Point Passerelle du Puy en Velay

« J’ai rencontré le requérant pour la première fois dans son bureau gestionnaire à Landos, nous avons réglé ensemble les factures des artisans locaux. Il s’est dit alors soulagé d’être à jour de ses dettes. Son appréhension principale était le changement de domiciliation bancaire (client à la poste depuis 55 ans). Je lui ai expliqué qu’une de mes taches était de l’accompagner dans cette démarche. Je l’ai senti réconforté par le fait que nous allions nous rencontrer régulièrement et qu’il pouvait me joindre s’il avait des questions. »

 



Atelier Budgétaire

Le premier atelier à l’épicerie solidaire du Puy en Velay s’est déroulé le 17 juillet dernier, co-animé par Marie-Jo et Catherine . Martine  y a également assisté en tant qu’observatrice pour pouvoir à son tour animer les prochains ateliers. Ce fut l’occasion d’évoquer les sujets du logement, de la santé, les crédits, des moyens de paiement… et de répondre à toutes les questions des participants concernant la gestion d’un budget familial et la nécessité d’anticipation. Les retours ont été très positifs et enthousiastes et les responsables de l’épicerie ont décidé lors de leur dernier conseil d’administration de rendre obligatoire la participation à un atelier budgétaire pour pouvoir bénéficier de leur aide. Le prochain atelier est fixé au 13 novembre.

D’autres associations nous ont sollicitées (Ecole de la deuxième chance, CIDFF 43, CFPPA…), les ateliers vont se mettre en place progressivement sur nos deux départements.



Les Belles histoires des Points Passerelle

Odile, 46 ans, sans emploi, seule sans enfant

Les difficultés commencent en mai 2015 suite à un banal accident de vélo, suivi d’une perte d’emploi en avril 2016 et des soucis de santé en 2017. J’étais alors suivie par une assistante sociale du Conseil Général qui m’orientait vers un dossier de surendettement mais connaissant ma situation personnelle et financière, mon neveu m’a recommandé le point passerelle de Roanne qui a étudié ma situation afin de pouvoir trouver une solution adaptée, autre qu’un dossier de surendettement.

Aujourd’hui, je suis très satisfaite de la solution trouvée, ESP a évité que je fasse des erreurs et m’a aidée dans mes démarches.

 

Fabienne, conseillère solidaire à Roanne

La requérante était dans une « impasse » difficile avec des retards de factures qui s’étaient  accumulés. Son déséquilibre financier était dû à des allocations Pôle Emploi inférieures à son salaire et ensuite à des indemnités CPAM engendrant une nouvelle baisse de revenus. Après une étude budgétaire détaillée, où nous avons examiné avec attention l’ensemble de ses revenus  et fait une revue exhaustive de ses charges, nous avons proposé un prêt de consolidation de 8000 € sur 48 mois afin de permettre à Odile de régler ses dettes. Nous avons également  demandé une pause facturation pour 3 mois le temps de la mise en place du prêt et nous avons fait de la médiation auprès de certains organismes.

A ce jour, la requérante applique une gestion rigoureuse de son budget pour ne pas récidiver et retomber dans une situation précaire.

 

Eliane, bénévole au Point Passerelle de Roanne

La situation d’Odile m’a touchée et j’ai tout de suite accepté de l’accompagner.

Dès le début, j’ai tout mis en œuvre pour lui permettre de suivre son budget facilement. Elle a une réelle volonté de s’en sortir, elle a toujours honoré les rendez-vous et respecte ses engagements. Elle est très entreprenante et a le souhait de retrouver une activité professionnelle, elle a sollicité CAP Emploi pour une reconversion et je l’accompagne dans cette démarche.

Actuellement, le compte fonctionne bien et la requérante participe activement à tous les rendez-vous.



Auto solidarité pour tous

L’Espace Solidarité Passerelle a été invité à participer à l’Assemblée Générale de l’association « Auto solidarité pour tous » à Chadrac. Cette association a pour vocation de rendre service aux personnes qui traversent une passe difficiles et de les aider dans leur mobilité.

Quelques chiffres : 27 voitures vendues, au prix moyen de 1.200 €, 6 scooters et 10 voitures en location, 30 voitures, hors d’usage ou en fin de vie données par des particuliers et 4 salariés embauchés par la structure pour l’activité du garage solidaire.

L’ESP adresse ses requérants en quête de véhicule à bas prix ou ayant un besoin temporaire de mobilité pour remplir une mission d’intérim, par exemple. En retour le garage solidaire adresse ses clients ayant un besoin de financement pour acquérir un véhicule.

Une belle complémentarité, au service des projets de vie.



Les belles histoires des points passerelle

L’histoire de Jeanne

Jeanne, 55 ans, en invalidité, seule avec une enfant à charge

Ma santé s’est dégradée et m’a obligée à de nombreux arrêts de travail. Mon conjoint n’a pas accepté ma maladie, il s’est lui-même retrouvé en dépression suivi d’une reconversion professionnelle… J’ai deux filles majeures, la plus jeune est encore étudiante. Leur papa et moi-même étions salariés et nous avons acquis ensemble notre maison d’habitation. Depuis 2015, je suis en invalidité et ne peut plus travailler. La dépression de mon conjoint m’a poussé à partir de la maison afin de me préserver et trouver la sérénité nécessaire à mon état de santé. Je suis partie sans rien et j’avais besoin d’équiper à minima ce nouveau logement. Les difficultés financières commençaient à apparaitre et j’ai demandé de l’aide à l’assistante sociale. Elle m’a parlé de Point Passerelle…

Aujourd’hui, je m’aperçois que sans leur aide j’allais à la catastrophe ! Même si ma pathologie est lourde…la sérénité acquise grâce à l’ESP est aussi une aide pour moi. Merci à tous et à Jean-Jacques, mon accompagnant !!

 

Colette, conseillère solidaire à Saint-Etienne

Quand Jeanne a été reçue, elle était très fatiguée, mais l’obligation de gérer cette nouvelle situation semblait aussi être un nouveau moteur et une promesse de délivrance pour elle. Il lui fallait payer les factures de  son nouvel aménagement : remplissage de la cuve de fuel, mise en route de compteur EDF, eau, plus quelques meubles… il lui manquait 2000 €.

Les accidents de vie cumulés n’ont pas facilité la gestion du budget, ni favorisé l’épargne.

Face à cette situation une étude budgétaire s’est imposée afin d’étudier la faisabilité d’un financement et un accompagnement avec un bénévole était essentiel à son rétablissement.

Nous avons demandé un crédit solidaire de 2000€ sur 36 mois afin de permettre à Jeanne de payer ses factures en retard et Jean Jacques, accompagnant bénévole sur notre secteur a pris le relai pour l’aider à reprendre son budget en main.

 

Jean-Jacques, bénévole au Point Passerelle de Saint-Etienne

Lorsque j’ai rencontré Jeanne pour la 1ère fois dans le bureau de Colette, je me suis retrouvé face à une personne en grande fragilité, dépassée par les évènements et qui était en train de perdre pied dans bien des domaines.

Ensemble, nous avons échangé sur tout ce dont elle voulait parler et qui, à ses propres yeux n’allait plus du tout. J’ai ajouté à cette liste ce que, de mon côté, j’avais pu noter en analysant son budget. Nous avons « trié » et priorisé les actions à mener.

Nous avons ensuite entrepris les démarches nécessaires auprès d’organismes divers et variés pour mettre de l’ordre dans les domiciliations bancaires, les contrats, les abonnements, le budget …..

Mon rôle a consisté à accompagner Jeanne dans toutes ces démarches, à l’aider à s’organiser et à utiliser Internet, à l’encourager à faire et surtout à lui redonner l’envie d’avancer.



Des ateliers budgétaires ludiques

L’Espace Solidarité Passerelle a été sollicité par plusieurs associations souhaitant proposer à leurs membres un atelier ludique sur le thème du budget.

Afin de rendre accessible au plus grand nombre la gestion budgétaire, l’ESP a acquis le jeu « BUGETISSIMO » édité par l’association famille rurale et fait appel à des bénévoles volontaires, pour mettre en place ces ateliers et les animer.

Les premières séances se sont déroulées à l’Epicerie solidaire et au Secours Catholique du Puy en Velay et à l’Ecole de la Deuxième Chance de Saint-Etienne. Ce fut l’occasion d’évoquer les sujets du logement, de la santé, les crédits, des moyens de paiement… et de répondre à toutes les questions des participants concernant la gestion d’un budget familial et la nécessité d’anticipation. Les retours ont été très positifs et enthousiastes,  les responsables de ses associations ont décidés  d’incrire dans leur planning 2019 des ateliers budgétaires réguliers pour faire bénéficier leurs membres de ses actions d’éducation et de prévention.

D’autres associations nous ont sollicitées (CIDFF 43, Croix Rouge du Puy, Aide Auto 42…), les ateliers vont se mettre en place progressivement sur nos deux départements.

Si vous êtes une association et que vous êtes intéressée, n’hésitez pas à nous contacter, nous nous ferons un plaisir de venir vous présenter cet atelier.



Une nouvelle adresse au Puy en Velay

Début septembre, le point d’accueil du Puy en Velay a déménagé dans le local situé 3 boulevard Gambetta.

Les accompagnants ont pu découvrir ce nouvel espace le 6 septembre lors de leur « rencontre mensuelle des premiers jeudis de chaque mois », ils ont apprécié la sobriété des locaux et leurs fonctionnalités (plein pied, salle de réunion, bureau à leur disposition pour recevoir les personnes qu’ils accompagnent…).

Ce local, plus visible (carrefour de la tour Pannessac), plus fonctionnel, plus économique va permettre de travailler et de recevoir les requérants dans de très bonnes conditions.



« Les points Passerelle » fêtent leur 20 ans.

Pour célébrer les 20 ans des Points Passerelle, la fédération nationale des Caisses régionales à lancer une campagne de Presse régionale et nationale, valorisant les accompagnants-bénévoles et les conseillers solidaires… Pour l’occasion, le Point Passerelle Loire Haute-Loire a prêté son concours pour la réalisation d’un film témoignage :



Comment avons-nous descendu la pente…

La descente commence en septembre 2011, la fin de plusieurs CDD, un conjoint intérimaire et un parcours médical d’aide à la procréation en cours depuis 2010.

Au début, on ne s’en rend pas trop compte, mais très vite le retard des administrations pour le calcul des droits au chômage se ressent, de même pour monsieur qui perd ses missions intérims.
Très vite, le compte bancaire ne rentre pas de revenus fixes au moment des prélèvements, les refus et les agios s’enchainent. Nous n’osons plus regarder le compte bancaire, les seules dépenses sont d’ordre alimentaire car nous avons un enfant de quatre ans.

Janvier 2012, j’apprends la merveilleuse nouvelle depuis longtemps : un bébé de prévu pour septembre 2012. Les missions intérims reprennent pour monsieur, mais nous avons accumulé du découvert, des factures à payer, un prêt revolving (pensant nous en sortir mais avec un taux à 17% impossible).
Une grossesse à surveiller, mais les soucis financiers n’aident pas.
Un beau bébé arrive et les problèmes sont toujours là, un an passe…

Janvier 2014, je prends la décision de consulter une assistante sociale de secteur qui m’oriente vers le Point Passerelle Loire Haute Loire où je rencontre une conseillère solidaire qui prend conscience que nous sommes victimes d’un accident de vie.

Mon objectif : retrouver un emploi très rapidement, mais nous n’avons qu’une seule voiture.

Pour repartir à zéro, il nous faut un emprunt.
La conseillère solidaire étudie notre dossier elle évoque un plan de surendettement en Banque de France, mais ce mot nous fait très peur…Heureusement, nous n’en arrivons pas là…
Elle nous propose de réaliser un prêt pour combler nos dettes et acheter une petite voiture qui me permettra de retrouver un emploi. Elle obtient également un remboursement de frais bancaires accumulés depuis bien longtemps qui servira à régler une facture d’eau.

En mai 2014, je décroche un CDD de plusieurs mois et entre temps mon conjoint est embauché en CDI.
Nous avons été suivis par une accompagnante bénévole du Point Passerelle durant quelques mois qui nous a permis de gérer notre budget durant cette période difficile.
Le bout du tunnel…

Novembre 2016, je signe un CDI et nous devenons propriétaires d’une maison que nous allons rénover. Notre prêt habitat a été accepté par notre banque, ce que nous n’aurions jamais cru il y a quelques années, tellement nous étions au fond du gouffre.
Ce témoignage, juste pour dire qu’il ne faut jamais cesser d’y croire, la roue tourne et nous en sommes la preuve.

De nos jours, il est rare de trouver une banque qui se soucie de ses clients en difficultés.



Merci pour votre mobilisation

L’Espace Solidarité Passerelle s’est mobilisé pour répondre favorablement à la sollicitation des Banques Alimentaires de la Loire et de la Haute-Loire pour participer à la grande collecte des 24 et 25 novembre dernier.

17 Bénévoles et salariés se sont retrouvés dans différents magasins pour assurer la distribution des sacs servant à la collecte et faire ensuite le tri des denrées collectées. Nous étions présents sur l’ensemble de nos territoires Brioude, Roanne, La Ricamarie et Le Puy. Les échanges ont été très enrichissants tant avec les bénévoles de la Banque Alimentaire qu’avec les clients des magasins.

Dans la Loire, c’est près de 340.000 équivalents repas (environ 170 Tonnes) de produits alimentaires qui ont été collectés dans 97 magasins. Cette réussite est l’addition d’une chaîne de solidarité, d’organisation et de mobilisation exceptionnelle et sans faille à travers 2500 bénévoles « Gilets Orange » qui ont accueilli et motivé les clients des magasins.

Crédit Agricole Loire Haute-Loire

Pour la Haute-Loire c’est près de 650 bénévoles qui étaient présents sur le terrain et qui ont permis de collecter 41,2 tonnes de denrées. Une augmentation du tonnage de plus de 12% par rapport à la collecte de 2016.

Crédit Agricole Loire Haute-Loire

Un grand merci à tous pour votre mobilisation.